Agadir : session de formation de responsables judiciaire sur l’adoption des valeurs de l’intégrité et de l’éthique professionnelle

Date:

Agadir 24

 

Les procureurs généraux et leurs adjoints, ainsi qu’un groupe de responsables des services de police judiciaire relevant de la Direction générale de la sûreté nationale et de la Gendarmerie royale, se sont réunis lors d’une session de formation au complexe d’été relevant du ministère de la Justice à Agadir, ce mercredi 5 juillet 2023.

La session de formation, organisée par la présidence du parquet en partenariat avec la Direction générale de la sûreté nationale et la Gendarmerie royale, sous le thème « Justice pénale et amélioration de ses mécanismes entre exigences d’efficacité et renforcement des valeurs et de l’éthique professionnelle », vise à renforcer la communication et la coordination entre les procureurs généraux et les officiers de police judiciaire dans la gestion des enquêtes judiciaires, à accroître leur efficacité et à les accomplir dans des délais raisonnables, ainsi qu’à promouvoir le respect des droits et libertés des individus et à promouvoir les principes et valeurs de l’intégrité et de la transparence.

Dans son discours d’ouverture de cette session, Moulay El Hassan Daki, le procureur général du Roi et président du parquet général, a appelé aujourd’hui à Agadir à cultiver les valeurs de l’intégrité et de l’éthique professionnelle dans le domaine de la justice, les considérants comme l’un des principaux fondements indispensables.

Daki a ajouté que « l’amélioration du système de justice pénale et le développement de ses mécanismes ne dépendent pas seulement de l’amélioration de la qualité des enquêtes, de la mise à jour de ses méthodes et techniques de travail et de la qualification de ses agents », soulignant que « malgré leur importance, elles ne suffisent pas à moins que nous puissions gagner la confiance des justiciables et la confiance des parties prenantes dans ces enquêtes et à augmenter leur niveau de confiance en elles ».

Daki a également déclaré que « si les codes et les règles de conduite fournissent un cadre de référence pour imposer des normes professionnelles, le rôle des organes de contrôle administratif et des organes de contrôle dans ce domaine reste fondamental et central pour contribuer à imposer le respect et la mise en œuvre de ces règles et principes disciplinaires, sans négliger le rôle de la numérisation, qui est devenue l’un des mécanismes renforçant la transparence et l’intégrité dans notre époque actuelle ».

Le responsable judiciaire a considéré que « l’enquête criminelle est l’un des principaux moyens de mettre en place les bases d’un procès équitable, qui doit être respecté en tant que principe fondamental tant sur le plan conceptuel que constitutionnel », soulignant que « cela impose aux personnes chargées de mener des enquêtes criminelles et de les superviser de veiller à garantir aux suspects toutes les garanties que la loi leur accorde, compte tenu du fait

que la violation des droits des suspects constitue une base pour les exceptions formelles que la défense pourrait soulever lors du procès, en plus d’entraver les garanties de conditions d’un procès équitable ».

Daki a considéré que « l’importance de l’enquête criminelle se manifeste à travers l’importance accordée par le législateur marocain aux procès-verbaux de police judiciaire, en particulier dans les délits en vertu de l’article 290 du Code de procédure pénale ».

Le responsable judiciaire a ajouté que « face à la criminalité de plus en plus transnationale exploitant l’immense avancée technologique et de communication que le monde a connue, ce qui a engendré l’émergence de nouvelles formes de criminalité, cela nécessite nécessairement le développement des compétences et des capacités des personnes …

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Share post:

Popular