Football : Accord entre le Maroc et Adidas sur le maillot controversé de la sélection algérienne

Date:

Aidadas : « Profond respect au peuple et aux artisans du Maroc »  

Le Monde avec AFP

Adidas et le ministère marocain de la culture ont enterré un conflit né du nouveau maillot de l’équipe de football d’Algérie arborant des symboles du patrimoine culturel marocain, a indiqué vendredi 14 octobre l’équipementier sportif allemand. « Suite à des discussions constructives entre Adidas et le ministère marocain de la culture, nous pouvons confirmer une résolution positive du récent problème des maillots de football » portés par la sélection de l’Algérie, indique Adidas dans un communiqué transmis à l’AFP.

Fin septembre, le ministère marocain de la culture avait mis en demeure par écrit Adidas de retirer sa nouvelle collection de maillots de la sélection algérienne de football, pointant l’appropriation indue de symboles du « patrimoine culturel marocain ».

Il s’agit en l’occurrence du zellige, une céramique caractéristique de l’art décoratif traditionnel marocain. « Le design s’est en effet inspiré du motif des mosaïques zellige et n’a à aucun moment été destiné à offenser qui que ce soit », souligne Adidas dans son communiqué.

« Des causes plus urgentes »

Le motif objet du litige n’apparaît que sur les maillots portés à l’échauffement d’avant-match, selon un porte-parole de la firme d’Herzogenaurach. Adidas exprime en même temps son « profond respect au peuple et aux artisans du Maroc » et dit « regretter la controverse entourant cette affaire ».

Saluant le communiqué émis par ce qu’il désigne comme le « mastodonte allemand de l’équipement sportif », Mourad Elajouti, avocat du ministère de la culture marocain, a estimé que l’affaire aura « mis en exergue l’importance de défendre notre patrimoine culturel » et « le savoir-faire ancestral de l’artisanat marocain », dans un communiqué transmis à l’AFP.

A la suite de la mise en demeure envoyée par ce dernier à Adidas, les réseaux sociaux et les médias marocains avaient réagi, des internautes estimant qu’il y avait « des causes plus urgentes » à défendre au Maroc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Share post: