Rencontre ouverte avec l’université Ibn Zohr: Un bel élan pour un bel avenir de la perfection

Date:

fr.Agadir 24/Saoudi El Amalki

 

Étendue sur plus de la moitié du territoire du Royaume et abritant cinq régions et vingt-huit villes avec plus de 152 000 étudiants dont plus de 46 000 nouveaux, l’université Ibn Zohr est considérée comme pionnière non seulement en matière de gigantisme géographique, mais également en performance fructueuse d’apprentissage et en qualité de maîtrise et de gouvernance sous la présidence du Dr Abdelaziz Bendou, stratège de notoriété indéniable et de tact raffiné.

En l’occasion de la rentrée universitaire, le Club Régional de la Presse à Agadir (CRPA), lui a fait appel récemment pour qu’il lui accorde très volontiers, une rencontre médiatique ouverte, en présence des doyens et des directeurs de divers établissements universitaires de toute les régions sous la compétence de l’université Ibn Zohr.

Devant une pléiade de journalistes toutes catégories et susceptibilités réunies, le président de l’université en question a brossé une présentation exhaustive sur les projets et les novations intervenues tant en matière de nouvelles structures, notamment le joyau de les facultés de médecine et de pharmacie de Layoune et Guelmim qu’en termes de refonte et d’extension de multiples bâtisses de régions du sud du pays. Sur le plan pédagogique, il ne manquait pas de passer en revue des actions mises en avant, aussi bien dans le sillage de l’ancien système que les réformes actuelles en application, avec toute la fluidité et la fermeté et exigées, dans une ambiance de synergie et de symbiose entre toutes les composantes de la région. « Nous sommes conscients du rôle focal que peut jouer l’université au profit de la cause nationale, à travers l’intérêt fondateur prêté aux provinces récupérées, au niveau des investissements consacrés à cet effet, tout en considérant que la nation est unie et unique, sans aucune distinction ! », insistait l’orateur d’un ton serein et persuasif. Dans le même ordre d’idées, il évoquait la tendance arborée par le Souverain relative à l’accès à Atlantique en faveur des contrées subsaharienne dont le royaume est l’instigateur de marque et par le biais duquel il en assure le leadership africain.

 

Par ailleurs, il n’hésitait pas non plus de faire allusion au volet délicat et décisif du diplôme de doctorat auquel il va falloir attribuer une valeur tout à fait particulière pour en relever la qualité et le mérite, tout en se focalisant sur les langues et l’intelligence artificielle, acte de l’essor du parcours universitaire. A cet effet, il convient de souligner que, par cet activisme assidu, l’université est en passe de jouir de la priorité et de la valorisation du département de tutelle, notamment à la prééminence d’un certain nombre de structures de haute valeur en termes d’excellence et d’innovation. « Pour ce qui est de ce que vous appelez enseignants « fantômes », j’aimerais savoir où ils sont afin d’appliquer la procédure disciplinaire à leur encontre et je vous prie de nous aider dans cette entreprise ! », s’adressait-il à la presse. Il va sans dire que cette rencontre médiatique fut un bel exercice de transparence inédite à tout rompre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Share post:

Popular